Jour 10 : Et un amortisseur, UN !

27 février 2020

Le jour tant attendu, mais aussi tant redouté, est arrivé.

Les équipages avec lesquels nous avons l’habitude de rouler prennent du retard au moment du départ. Nous prenons donc la décision de partir seuls.

L’épreuve marathon est officiellement lancée !

Nous faisons partie des chanceux qui passeront par les pistes. La veille, certaines 4L ont dû passer par un contrôle châssis afin de vérifier qu’elles résisteront aux kilomètres qui nous séparent de Marrakech.

Notre objectif est de rejoindre Tazarine. Il s’agit du dernier lieu de pointage pour le classement.

Pour cela, nous avons 293 kilomètres de pistes à parcourir. Des plateaux désertiques, des oueds, des bacs à sable et des paysages variés à perte de vue.

Nous traversons plusieurs villages remplis d’enfants. Nous leur rendons leurs saluts, mais nous ressentons toujours une appréhension suite à notre mésaventure du premier jour.

Nous rions beaucoup lorsqu’un troupeau de chèvres traversent la route devant nos roues. La situation devient encore plus cocasse lorsqu’une partie finie de traverser, tandis que le reste du troupeau s’arrête pour nous laisser passer. Nous apercevons dans le rétroviseur, les chèvres reprendre leur traversée, une fois que notre 4L les a dépassées.

Nous sommes brinquebalés sur certaines portions de pistes et, suite à une bosse, nous entendons un bruit à l’arrière de la voiture. Nous suspectons la table de taper contre la porte. Après avoir essayé plusieurs fois, en vain, de réorganiser notre voiture, nous comprenons que cela vient certainement d’une pièce de Francesco.

Nous faisons également l’expérience du sable planning. Cette sensation de tourner le volant sans obtenir de réponse de la part du véhicule : INCROYABLE.

En effet, roulant à faible vitesse, rien de dangereux dans cette épreuve.

Après un point de contrôle, toutes les 4L sont stoppées par l’organisation : un camion bloque la piste un peu plus loin.

Nous reprenons la route en direction du CP final.

Problème de cap, erreur de calcul, mauvaise direction… Nous arrivons à Tazarine non pas par la piste, mais par la route. Verdict : nous nous sommes trompés 3 fois de route et avons perdu environ 4 kilomètres. Dommage pour le classement.

Il n’est que 14 h 30. La décision est vite prise de continuer.

Au maximum, nous pouvons aller à Ouarzazate et/ou nous arrêter à 19 h : INTERDICTION de rouler de nuit sous peine de disqualification.

Cela nous permettra d’avoir moins de route à parcourir le lendemain.

Dans le premier col, nous aidons un équipage à faire demi-tour pour redescendre se mettre en sécurité. Leur 4L refuse de démarrer ; ils vont donc attendre les mécaniciens avant de pouvoir poursuivre l’étape.

Francesco est une guerrière. Peu avant la tombée de la nuit, nous atteignons Ouarzazate.

Un hôtel se trouve à côté du point de contrôle.

Nous décidons de bivouaquer une dernière fois, comme prévu initialement.

Anthony suspecte que le bruit, entendu sur la route, vienne de notre amortisseur arrière gauche.

#4LTrophy2020 #TrophistesDebutants #TrophistesMarathoniens #Equipage016

-->