Jour 13 : Vous devez faire un constat !

01 mars 2020

Que le réveil nous semble compliqué. La nuit semble être passée en un claquement de doigts.

Après un rapide petit-déjeuner à l’hôtel, nous partons en direction de Tanger. Nous avons environ 8 h de route qui nous attendent.

Anthony commence à conduire. Nous faisons des pauses régulièrement, toutes les 3 h maximum, pour remettre de l’essence, se dégourdir les jambes, faire souffler Francesco et changer de pilote.

Nous arrivons au port de Tanger à 14 h : nous avons donc mis 7 h pour aller de Marrakech à Tanger. Certains équipages autour de nous sont partis à 5 h du matin pour espérer arriver à temps.

En effet, il est demandé de se présenter 2 h avant le départ du bateau.

De notre côté, nous sommes prévus sur le premier ferry : celui de 18 h 30.

Il est nécessaire de faire valider nos billets de retour. Bonne surprise, nous pouvons prendre un bateau plus tôt puisque nous sommes déjà là.

Nous nous occupons de faire tamponner nos passeports ainsi que d’enregistrer notre 4L. Nous sommes en règle pour sortir du territoire marocain.

Nous sommes dirigés vers une file de voitures qui attendent d’être scannées. Comble de malchance : le scanner tombe en panne. L’attente commence…

Les équipages commencent à s’échauffer quand nous remarquons que les 4L qui arrivent après nous sont directement dirigées vers les ferries. Impossible pour nous de faire pareil, nous sommes bloqués dans la queue !

Finalement tout se calme lorsque les autorités décident enfin de nous laisser partir.

L’énervement laisse la place au soulagement lorsque nous prenons conscience que nous sommes sur le bateau.

Nous quittons le port à 16 h 20.

Nous retrouvons un équipage, avec qui nous avons partagé les bivouacs, sur le bateau.

Au moment de sortir du ferry, une voiture recule dans une 4L. Nous sommes effarés de voir le conducteur inculper les trophistes.

L’histoire aurait pu s’arrêter là. Seulement, alors que nous allons en direction de la rampe pour descendre du bateau, le personnel, chargé de réguler le flux des voitures, nous alpague. Il commence à nous hurler dessus en disant qu’il nous a vu rentrer dans la voiture, que nous sommes en tort et que nous devons faire un constat.

Notre sang ne fait qu’un tour et nous voyons rouge.

D’autres participants du 4L Trophy, qui ont assistés à l’accident, lui indique qu’il ne s’agissait pas de notre voiture. Le voilà donc à s’excuser à plates coutures de sa bévue.

C’est la mâchoire serrée que nous prenons la route.

Nous avions décidé de commencer la remontée de l’Espagne dès la sortie du ferry. Nous espérons être rentrés à Chapareillan le lendemain.

40 kilomètres après Grenade, c’est morts de fatigue que nous nous arrêtons pour dormir.

#4LTrophy2020 #Trophistes2020 #TrophistesEnRoutePourLaMaison #Equipage016

-->