Jour 5 : Il va y avoir de la houle

22 février 2020

Réveil tout en douceur puisque nous sommes sur place pour le brief de 11 h 30.

Suzanne, la 4L de l’équipage 427, étant un peu capricieuse le matin, part en avance. Nous les suivons avec Guillaume et Robin, de l’équipage 827.

Direction le Carrefour Los Barrios qui met en place, spécialement pour l’occasion, des réductions.

Petit détour par la station essence puis direction le magasin.

La liste de courses est simple : de la bière, du saucisson, des chips et des cacahuètes.

Le temps défile à toute vitesse ce qui nous vaut une montée de stress, car nous allons finir par être en retard au brief.

À 500 mètres du lieu de rendez-vous, une 4L est accidentée occasionnant ainsi un formidable bouchon de 4L.

Énorme cafouillage au moment de se stationner, nous nous retrouvons au fin fond du bivouac alors même que nous faisons partie du premier groupe à prendre le ferry.

Nous visionnons le premier JT de la 23ème édition du 4L Trophy. Cela deviendra notre rituel tous les soirs : le JT puis le brief de Jean-Jacques, créateur du 4L Trophy.

Notre bateau doit partir à 15 h, ainsi à peine les informations données, nous repartons en direction du port où nous sommes attendus à 13 h.

Ne perdant pas nos bonnes habitudes, nous sortons table et chaises et profitons du luxe de pouvoir manger au soleil.

Nous faisons la rencontre de l’équipage 54, qui est également ambassadeur SurfRider. Ils nous interview et nous voilà rentrés dans la WaterFamily.

Lorsque nous redémarrons pour monter sur le ferry, l’ambiance est au rendez-vous : des klaxons à tout-va, de la musique et un énorme sourire sur le visage de tous les équipages.

Malheureusement, cette joie est de courte durée. Nous passons la traversée à faire la queue pour faire tamponner nos passeports, faire du change et essayer d’obtenir le papier d’autorisation de circulation au Maroc.

Et ce, sans compter le mal de mer dont souffre Anthony. Il n’est d’ailleurs pas aidé par les vagues annoncées lors du brief, confirmées par la houle pendant notre trajet.

Nous obtiendrons ce papier, une fois descendus du bateau, à la douane située dans le port de Tanger.

Direction Rabat, guidé par le RoadBook.

Après la dernière station essence avant le bivouac, nous perdons Suzanne. Nous ne réussirons pas à la retrouver sur le camp où nous passons la nuit.

En effet, nous nous préparons pour la nuit dans le noir ; alors retrouver nos compagnons d’aventures devient mission impossible.

Comble de ce début d’épopée : nous n’avons toujours pas nettoyé notre pare-brise…

#4LTrophy2020 #TrophistesDebutants #TrophistesSurLesRoutes #Equipage016

-->